star_border
La lecture de cette histoire est offerte temporairement.
Bonne découverte !

Le monstre qui avait peur des enfants

de Mathieu Salvia

Le monstre qui avait peur des enfants

Présentation des personnages

👹 Graü est un monstre très costaud qui a une grosse voix douce.

🐙 Papi Tentacule est très vieux a une voix un peu enrouée.

👺 Le papa de DamDam a une voix grave et joviale.

👩 La maman de Thomas a une voix ferme et douce.

👦 Thomas a plein d’énergie, sa une voix est un peu aiguë.

Peu de gens le savent, mais les monstres existent vraiment.

Cachés dans les maisons, blottis sous les meubles, tapis sous les lits, ils vivent à l’abri des regards et ce, depuis la nuit des temps. Invisibles aux yeux des adultes, ils observent à distance, fascinés par les drôles de sons qui sortent de nos bouches et auxquels ils ne comprennent rien.

Quel drôle de langage, pensent-il en nous écoutant, et quelles drôles de manières ! Vraiment, qui aurait pu croire à l’époque que ce singe sans poil, sans griffes et sans crocs allait conquérir la planète ? Lorsque la nuit était encore noire et la nature sauvage, aucun monstre n’aurait imaginé devoir cohabiter avec lui !

Mais un beau jour, l’Homme maîtrisa le feu, puis l’électricité, et bientôt, il fut partout.

Inéluctable.

Plus moyen de trouver un endroit isolé où s’installer ; l’homme et les monstres durent coexister !

Depuis cette époque, chaque petit monstre en âge de quitter le giron familial se voit attribuer une maison d’humains par le ministère des Monstres. Si tout va bien lorsque celle-ci n’est habitée que par des adultes, les choses se compliquent lorsqu’ils ont des enfants. Car en dessous de dix ans, un humain peut voir les monstres !

Et c’est précisément ce qui préoccupe DamDam, le héros de notre histoire.

DamDam est... comment dire ? DamDam est certainement le plus mignon des petits monstres, avec ses six bras, ses quatre gros yeux et sa mâchoire semblable à celle d’un bouledogue. Enfin, c’est en tout cas ce que lui répète régulièrement sa maman. C’est également le plus joyeux et le plus rigolo de tous, si l’on en croit son papa et ses copains !

Et pourtant, aujourd’hui, alors qu’il fête son anniversaire avec sa famille, DamDam est préoccupé. Il le sait, bientôt, il devra quitter ses proches pour emménager dans sa première maison d’humains. Et cela le stresse beaucoup. Pourvu que sa future maison ne comporte aucun enfant, se répète-t-il encore et encore, alors qu’il souffle ses bougies dans l’espoir de voir son vœu se réaliser.

Sentant son inquiétude, son cousin Graü vient poser une patte réconfortante sur son épaule :

- 👹 Moi aussi j’avais peur que ma maison soit habitée par un enfant, tu sais ? C’est normal ! Mais il ne faut pas. Le tout, c’est de lui faire bien peur dès le début, et d’attendre qu’il devienne à son tour un adulte. Ce n’est qu’une question d’années… Ensuite, il ne pourra plus te voir et tu seras enfin tranquille !

À l’autre bout de la table, papi Tentacule opine du chef.

- 🐙 C’est la méthode ! Il n’y en a pas d’autre. Faut fouiller dans les livres et les dessins animés de ces petits d’homme et trouver ce qui leur fait peur. Puis l’utiliser contre eux pour les terrifier ! Mais surtout, il ne faut rien céder. Ne jamais fuir. Tu t’installes dans sa chambre et tu n’en bouges plus. Sinon, c’est perdu…

- 👺 Tu peux le faire, fiston ! Nous n’avons jamais échoué dans la famille. Ça fait quinze générations que nous terrorisons les enfants. Ce n’est pas demain qu’un Humain mettra l’un d’entre nous dehors !

Oui mais voilà… DamDam déteste faire peur. Alors le petit monstre sourit timidement à sa famille et garde ses craintes pour lui.

Le jour venu, lorsqu’il se trouve enfin devant sa future maison avec sa grosse valise à ses côtés, Damdam ne peut s’empêcher de trembler comme une feuille. Pourvu que cette maison ne comporte aucun enfant, se répète-t-il encore et encore.

Hélas ! toutes ses craintes se trouvent confirmées lors de la visite et la découverte… d’une chambre d’enfant. Une chambre semblable à une tanière, avec des jouets éparpillés sur le sol, un lit défait et des affaires sales jetés dans un coin.

D’un pas hésitant, DamDam se dirige doucement vers le lit. Il le sait, c’est sa meilleure chance de passer inaperçu. Alors qu’il se faufile comme il peut entre les lattes du lit et le plancher, la porte d’entrée claque. Deux voix éclatent. Même s’il ne comprend pas un mot, DamDam devine que l’une est celle d’une maman, visiblement furieuse et que l’autre... l’autre appartient à un enfant !

- 👩 Je te le dis pour la dernière fois, Thomas ! Je veux que tu ranges ta chambre. Je ne le répéterai pas !

- 👦 Mais maman !

- 👩 Je ne veux rien entendre. Ce n’est pas moi qui vais le faire, dépêche-toi !

Pris de panique, gesticulant dans tous les sens, DamDam parvient à se glisser sous le lit au moment même où la porte de la chambre s’ouvre avec fracas sur un enfant aux cheveux blonds, aux genoux écorchés et au regard furieux.

- 👦 Gnan gnan… Range ta chambre ! Elle est très bien comme ça, ma chambre !

Râlant et bougonnant, l’enfant se met à contrecœur à ramasser les jouets qui traînent au sol, sans se douter que chacun de ses gestes est suivi avec angoisse par deux paires d’yeux terrorisés. Les minutes passent, interminables, et DamDam commence à reprendre espoir. Il n’y a, après tout, rien du tout sous ce lit, si ce n’est un doudou abandonné. Pourquoi l’enfant viendrait fouiller ici ? C’est alors que le petit garçon se met à genoux et glisse sa main dans sa direction…

Les petits doigts vagabonds rencontrent alors la fourrure de DamDam, qui ne peut s’empêcher de laisser échapper un petit rire. Quelques secondes passent durant lesquelles le petit monstre retient son souffle… puis Thomas finit par se mettre à crier !

Le reste n’est que furie et vacarme.

Tandis que DamDam bondit hors de sa cachette, Thomas attrape un fusil à balle en mousses et se met à lui tirer dessus. Paniqué, le petit monstre glisse sur les affaires au sol et tombe par terre. Il se relève et se précipite hors de la chambre sous une pluie de projectiles. Derrière lui, le garçon le prend en chasse. Il lui jette désormais plusieurs jouets sur le crâne en poussant des cris de sauvage. DamDam se rue dans le salon pour trouver refuge derrière les jambes de la maman, qui attrape son fils par la main avant qu’il ne puisse rattraper sa victime.

- 👩 STOP ! Mais qu’est-ce que c’est que ce bazar ?! Je t’avais demandé de ranger ta chambre !

- 👦 C’est le monstre, maman ! Il y avait un monstre sous mon lit !

- 👩 Ça suffit ! Je ne veux plus rien entendre. Tu me ranges tout ça et tu files dans ta chambre jusqu’au dîner.

- 👦 Mais maman !

- 👩 Tout de suite !

Soulagé mais tremblant comme une feuille, DamDam observe son tourmenteur retourner dans sa chambre, sachant pertinemment que ses problèmes ne font que commencer…

La nuit venue, DamDam se faufile dans la chambre du petit garçon endormi. En retenant son souffle, il s’empresse de récupérer sa valise restée sous le lit pour emménager tout en haut du placard. Utilisant un pull pour se faire un oreiller, le petit monstre se blottit dans un coin afin de trouver le sommeil. Mais ses espoirs sont de nouveau contrariés lorsque le petit garçon éclate en sanglots, quelques heures plus tard.

Intrigué, DamDam se penche et observe de ses quatre gros yeux la maman de Thomas rejoindre son enfant et tenter de le réconforter, en lui caressant le dos.

- 👩 Tout va bien mon cœur…

- 👦 C’est le monstre maman… il arrive !

- 👩 Il n’y aucun monstre, chéri. Calme-toi.

- 👦 Je veux mon doudou… celui avec le petit ours.

- 👩 Je sais mon cœur, mais tu te rappelles qu’on l’a cherché ensemble et qu’on ne sait plus où il est… Tu ne veux pas ton nouveau ? Promis, on cherchera l’autre encore demain, d’accord ? Allez, rendors-toi.

Les jours et les nuits qui suivent se ressemblent malheureusement pour le petit monstre, qui ne sait plus où se cacher pour échapper à Thomas. Si les journées sont plutôt calmes, le retour de l’école sonne quotidiennement le début de la « chasse au monstre » à travers l’appartement… une « chasse au monstre » qui ne prend fin que lorsque la maman, excédée, finit par intervenir.

DamDam est épuisée, démoralisé, et ne sait plus quoi faire. Alors, un matin, il se résigne à suivre les conseils de sa famille. Sans entrain, il se met alors à chercher parmi les livres du garçon ce qui pourrait bien lui faire peur. Petit à petit, en feuilletant les ouvrages illustrés, DamDam réalise que les monstres y sont systématiquement dépeints de manière effrayante… Livre après livre, histoire après histoire, les méchants sont monstrueux, et les monstres sont méchants.

Abasourdi par sa découverte, DamDam s’assied un instant, pensif. Pas étonnant que Thomas s’en prenne à lui. Il a peur ! Toute son enfance, on lui a raconté que les monstres étaient méchants. Tenter de lui faire encore plus peur ne changera rien… ce serait comme jeter de l’huile sur le feu.

Soudain, DamDam a une idée.

Lorsque Thomas rentre de l’école ce jour-là, prêt à « chasser du monstre », il découvre avec surprise DamDam, assis au milieu de sa chambre.

Surpris, l’enfant attrape son fusil à balles en mousse, pousse son traditionnel cri de guerre pour le faire fuir mais s’interrompt, étonné de constater que le petit monstre le regarde en souriant.

Quelque chose cloche, mais Thomas ne sait pas quoi.

Un peu déstabilisé, l’enfant arme son fusil, persuadé que le monstre va lui jouer un mauvais tour. Il s’apprête à faire feu lorsque sa maman le rejoint et… le félicite d’avoir rangé sa chambre !

Le petit garçon réalise alors que tous ses jouets ont effectivement été rangés, ainsi que ses livres et ses peluches ! Thomas est pourtant certain qu’il n’y est pour rien... Alors qui ?

Sa maman lui fait un gros bisou sur le front et lui demande de la rejoindre pour le dîner. Thomas baisse son fusil et observe le petit monstre assis en face de lui, qui continue à lui sourire. Dans ses pattes, il aperçoit alors… son doudou perdu ! Méfiant, le petit garçon s’approche lentement et vient le récupérer dans la main du monstre, avant de balbutier un merci et de tourner les talons.

Au cours du dîner, Thomas ne sait plus quoi penser. Il  mange ses légumes sans se plaindre. Pourquoi ce monstre agit-il de la sorte, se demande-t-il, est-ce qu’il s’agit d’un piège ? Il est toujours aussi effrayant, bien sûr, mais… mais il a rangé sa chambre. Et retrouvé son doudou !

Lorsqu’il retourne dans sa chambre pour se coucher, Thomas jette un œil sous son lit, mais ne trouve aucune trace de DamDam. Méfiant, il décide de se coucher avec son fusil à balles près de lui. On ne sait jamais.

Plus tard dans la nuit, Thomas se réveille de nouveau, après avoir fait un terrible cauchemar. Mais cette fois-ci, DamDam saute de son étagère et se précipite à ses côtés pour lui caresser doucement le dos, comme il a vu la maman faire les autres nuits. Rassuré et à moitié endormi, le petit garçon l’attrape alors par le cou et l’attire contre lui, pour lui faire un câlin. Le sourire accroché derrière les oreilles, DamDam se blottit contre l’enfant et passe sa première nuit dans un vrai lit.

Les jours qui suivent, DamDam et Thomas multiplient les jeux. Ils développent même un langage qui n’appartient qu’à eux, et que personne d’autre ne comprend. Thomas adore lorsque DamDam utilise ses six bras pour le chatouiller, ou lorsqu’il vient se blottir contre lui la nuit… et le petit monstre ne s’en prive pas !

Tout au fond de lui, DamDam le sait : c’est la peur qui poussent les adultes à ignorer les monstres, les laids, les différents, et non pas le fait de vieillir.

Lorsque Thomas grandira, il ne l’oubliera pas.

C’est certain.

Ils resteront amis pour la vie.

Qu'as-tu compris de l'histoire 🤔

Qui est le héros de l’histoire ?

1. Papi Tentacule, le grand père de DamDam.

2. DamDam, un jeune monstre qui a peur des enfants.

Pourquoi les monstres doivent-ils faire peur aux enfants ?

1. Pour être tranquilles : les enfants sont les seuls à pouvoir les voir.

2. Parce qu’ils aiment les cris d’enfant, c’est une vraie musique pour leurs oreilles.

Comment se passe la première rencontre de DamDam avec son humain ?

1. Très mal, DamDam est obligé de se réfugier derrière la maman de Thomas.

2. Très bien, DamDam fait très peur à Thomas qui décide de lui laisser sa chambre.

Comment fait DamDam pour se faire accepter de Thomas ?

1. Il lui range sa chambre et retrouve son doudou perdu.

2. Il lui apprend à faire peur aux autres enfants qui l’ont embêté.

Pourquoi les adultes ignorent les montres ?

1. Parce qu’ils en ont peur.

2. Parce qu’ils deviennent vieux.

Les bonnes réponses sont : 2 - 1 - 1 - 1 - 1

Essayez gratuitement Taleming pendant un mois.

Taleming ne transmettra jamais votre adresse e-mail à des fins promotionnelles.
Essai, sans engagement, sans carte bancaire.